Haptonomie, donner une place au père pendant la grossesse

 

Devenir parents est un cheminement qui se fait sur le long terme.

Au départ, il y a cette envie commune, de construire quelque chose à deux, de construire quelqu’un à deux…  On se sent prêt psychologiquement à devenir parents, à se lancer dans l’aventure, à aimer quelqu’un d’autre peut-être avec plus de force que ce que l’on a connu jusqu’à présent.

Ensuite il y a le « passage à l’acte » :  l’arrêt de la contraception, l’attente entre chaque mois. Chacun étant fébrile à sa manière, chacun envisageant cette attente différemment. Un sursis , un peu plus de temps pour le couple avant le grand saut pour l’un, une attente floue et sans fin pour l’autre.

Quoiqu’il arrive cette envie commune grandit mois après mois et nous l’avons vécu comme un temps de partage, une expérience commune.

Et puis enfin, la grossesse débute.

Avec mon mari, nous nous considérons comme des égaux sur tous points de vue, et notre vie, nous la partageons à 100 %. Il n’y a pas de distinction de genre qui détermine notre quotidien, je cuisine, il cuisine, il bricole, je bricole. Nous sommes plutôt fusionnels, et partageons tout.

Mais pour la première fois dans notre couple, avoir un enfant nous orientait vers une différenciation des genres, puisque c’est moi, en tant que femme qui portait l’enfant et lui en tant qu’homme qui accompagnait sa femme dans cette aventure.

Nous ne pouvions donc pas vivre la même expérience, nous ne pouvions pas partager ce moment exactement de la même manière mais seulement au travers des mots et de la transmission de nos vécus respectifs.

Je trouvais cela injuste pour lui. Moi, j’avais la chance de porter mon enfant, d’être connecté à lui dès les premiers jours de sa création. J’allais pouvoir vivre neuf mois de plus en tant que parent, à connaitre d’hors et déjà les changements psychologiques et aussi physiques qu’apporte le fait de devenir mère. A me responsabiliser, à endosser le rôle de parent ( hygiène de vie, suivie médicaux, etc) dès le début de cette aventure.

Pour tenter de rééquilibrer ce rapport à l’enfant in utero, j’ai tout de suite souhaité orienter mon suivie de grossesse vers l’haptonomie. Je connaissais cette méthode via mes études ( Educateur de Jeunes Enfants ). Cette dernière m’avait marqué tant l’enfant in utero arrivait à communiquer avec ses parents via le simple touché. Mon enfant est devenue mon enfant le jour ou j’ai appris sa présence et je ne pouvais pas attendre neuf mois pour entrer en contact avec elle, je voulais le faire de manière encadrée et réfléchie, je souhaitais que son père puisse vivre et participer à ces premiers échanges et il le souhaitait aussi. Il se sentait père et avait besoin de le vivre concrètement, physiquement.

L’haptonomie pendant les  9 mois.

L’haptonomie pré-natale est un touché affectif qui favorise le contact physique entre les parents et l’enfant. L’enfant in utero à une grande sensibilité envers le monde extérieur et l’haptonomie va lui permettre de créer un contact concret avec ses parents au travers un mouvement de balancement que lui propose son parent. Ces moments de jeux sont magiques et ont créé pour chacune de nos deux grossesses, un lien fort avec nos enfants. Nous avons joué avec eux, ils se sont lovés dans nos mains alors qu’ils pouvaient encore tenir dans le creux de nos mains, ils nous ont sollicités pour communiquer avec nous. Grâce à l’haptonomie, chacun de nous en tant que parents avons pu vivre l’expérience de la grossesse , construire un lien in utero…

Au fil des mois, la grossesse est parfois dure à supporter, le poids de bébé augmente, les douleurs et l’inconfort sont de plus en plus présents. Avec cette méthode, le père peut contribuer à aider la mère à se sentir mieux, en replaçant le bébé dans le bassin pour qu’il soit plus facile à porter ou encore à l’aide de mouvements de massage doux.

Pour connaitre tous ces exercices, le père doit participer à chacune des rencontres avec la sage femme qui s’effectue non pas en groupe mais individuellement. Notre couple et notre enfant sont au centre de ces rencontres ce qui les rend plus personnelles, plus adaptées à nos besoins.

Pour mon mari et moi, il allait de soi que chacun de nous devions participer au suivie de grossesse puisque avoir un enfant était un projet commun.

L’haptonomie pendant l’accouchement.

Cette méthode va plus loin,  puisque c’est également un accompagnement à l’accouchement. Accoucher, c’est une expérience inédite. C’est la finalité de la grossesse, le point de départ de ce projet commun d’avoir un enfant, c’est aussi la plus grande inconnue de cette expérience. On ne sait pas à quoi s’attendre. Il était donc in-envisageable pour moi que j’affronte ce moment seule, sans le père de mon enfant. De même, mon mari avait besoin de se sentir utile et de participer concrètement à ce moment. Pour aller encore plus loin, pour nous, bébé devait pouvoir ressentir notre soutien, notre présence dans ce moment si intense pour lui.

L’haptonomie permet de créer une sorte d’union entre nous trois, un lien qui nous accompagne tout au long de la grossesse jusqu’à l’accouchement et après encore.

Nous avons pu apprendre différentes techniques pour supporter la douleur, ou mon mari jouait un rôle essentiel, encore une fois par le touché, et me supportant physiquement. Et aussi en aidant bébé à se réveiller , à descendre, à se placer dans mon bassin.

Pour mon deuxième accouchement, cette relation à été bluffante, j’ai pu sentir mon fils s’appuyer contre mes mains avec ses pieds pour pousser et réagir à mes sollicitations et encouragements…

Ces expériences de grossesses nous ont permis de vivre ces moments en communion. Grâce à l’haptonomie, je me suis sentie soutenue par le père de mes enfants dès le début de la grossesse jusqu’aux premiers souffles de vie de mes enfants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s