Japan with my Baby

Il y a quelques mois, je vous parlais de notre vol pour le Japon avec notre fille Mona qui avait alors 18 mois. Aujourd’hui, je vais vous compter notre magnifique voyage.

Pourquoi le Japon?

C’est une raison un peu dingue, et comme beaucoup de décisions que nous prenons, ce voyage est partie d’un coup de tête assez fou…

A l’automne 2016, nous avons aménagé notre jardin et les extérieurs de la maison. Un soir ou l’on comparait  les essences d’arbres que nous aimerions planter devant notre maison, on a pensé aux cerisiers et pruniers du Japon. De clic en clic sur la toile, on s’est retrouvé à regarder des images de leurs floraisons aux printemps, à penser que c’était la meilleure période pour se rendre au Japon, à rêver nous y rendre, à nous souvenirs des étincelles dans les yeux de nos amis qui s’y était rendu, et enfin  à nous regarder avec malice pour ensuite cliquer sur un site de comparateur de vol…

A l’heure ou je vous parle, nous n’avons toujours pas planté de cerisier du japon devant notre maison mais nous avons en mémoire les splendides pétales qui tombent délicatement de leurs branches dans les parcs de Tokyo.

thumb_IMG_4889_1024

Notre voyage.

Il nous à fallut seulement quelques minutes sur son sol pour tomber amoureux de ce pays. La gentillesse des personnes que nous avons côtoyé, le sentiment de sécurité, la sensation d’être respecter tel que l’on est se ressent dès les premiers instants. L’ordre, la propreté, le calme, nous ont conforté dans l’idée que notre envie d’emmener notre fille d’un an et demi à l’autre bout de la terre n’était pas irresponsable, bien au contraire.

Les voyages construisent les hommes et l’ouverture culturelle n’a pas d’âge, au contraire. Ce n’est pas le premier pays étranger que notre fille à découvert.  Chaque fois, sa capacité à s’adapter, sa curiosité, son ouverture d’esprit nous ont conforté dans l’idée que nous lui offrons à chaque voyage la possibilité de grandir plus intensément.

thumb_IMG_5030_1024

 

Nous avons passé 12 jours au Japon, voici ce que nous avons eu       l'occasion de faire...

Notre voyage a commencé à Tokyo, cette ville est tellement immense que nous aurions pu passer 12 jours dans la ville sans jamais retourner sur nos pas. Chaque quartier à sa propre ambiance, et nous avons été dépaysé chaque jours, nous y avons séjourné 5  jours.

Nous avons dormi dans le quartier d’Asakusa, c’est le quartier traditionnelle de la ville.  Nous avons privilégié un quartier calme pour notre hôtel, afin de pouvoir sortir dans les parcs facilement et bénéficier d’une ambiance apaisante pour notre fille. Ce quartier est typique et nous plonge dans la culture ancestrale du Japon.

On y croise des hommes et des femmes en tenues traditionnelles, qui peuvent être des japonais comme des touristes étrangers, car vous pouvez louer des costumes, vous faire coiffer et maquiller pour la journée afin de vivre l’expérience nippone jusque dans votre tenue.

Nous avons pu admirer le temple Senso-Ji, pratiquer les rituels de purification et flâner dans le marché tout en goutant de délicieux gâteaux aux haricots rouges. Une odeur de soja flâne dans chaque recoins de ce quartier, cette odeur restera le principal souvenir olfactif de notre voyage.

 

thumb_IMG_4977_1024

Le quartier Ueno est également un havre de paix, et nous avons beaucoup apprécié nous promener dans son immense parc ou les tokyoites fête la fêtes des cerisiers en fleurs, le Hanami. Le parc héberge un zoo, nous y avons notamment vu des pandas géants, et de nombreux petits temples.  Il y a également un petit lac ou il est possible de louer un pédalo pour une balade fluviale.

thumb_IMG_1455_1024

Hakiabara, la ville électrique , est le quartier des geek. C’est une des images typiques de la culture moderne niponne. Le quartier est jeune et complètement fou. La plupart des buildings sont d’immenses salles de jeux d’arcades, ou les tokyoïtes jouent avec frénésie à des jeux qui nous ont souvent paru incompréhensibles. Nous avons été totalement incrédule devant la rapidité de jeux des personnes que nous avons observé, et leur totale implication . C’est un endroit très bruyant et nous n’y sommes resté qu’une demi journée. Nous avons cependant  testé quelques jeux et avons pris goût et plaisir à nous amuser sous l’oeil interloqué de notre fille.

thumb_IMG_4929_1024

 

Ginza est le quartier chic de Tokyo, les grands noms de la mode et du luxe en général y  possèdent chacun une enseigne. Le dimanche, la rue principale est piétonne est cela permet de se promener au milieu des buildings en admirant les vitrines sans ce soucier du trafique. Pour Mona c’était super de pouvoir courir et marcher sans avoir besoin de nous tenir la main. Pour la petite histoire, Mona a réussit à se faire offrir du Comté en dégustation dans une épicerie fine, par un vendeur très fier de lui faire découvrir un bon fromage… Pour Mona, c’est son fromage quotidien, sachant que nous sommes originaires de Jura…

thumb_IMG_1525_1024

Shibuya  est le quartier incontournable avec son immense passage piétons qui est une des images les plus connue  de Tokyo, filmé notamment dans le film Lost in translation. Non loin de là, le quartier d’Harajuku est le quartier des jeunes très tendances aux allures des personnages de manga.

thumb_IMG_1561_1024

thumb_IMG_1588_1024

 

Nous avons ensuite pris le train pour le sud du japon en passant devant le Mont Fuji.  Ce dernier faisait partie de nos objectifs de visite mais l’état de santé de Mona nous en a dissuadé. Nous avons préférer faire une pause dans notre séjour pour qu’elle se rétablisse et repartir ensuite dans de bonnes conditions.

thumb_img_4992_1024.jpg

Hiroshima et son musée de la paix, certes ce n’est pas l’endroit le plus adéquate pour un enfant mais il faut aussi prendre le temps de visiter pour soi même… Cette ville est lourde de souvenirs de guerre et aussi emplis de fraternité et d’espoir .

thumb_IMG_5073_1024

Miyajima, une île du pacifique ou les daims se baladent en liberté, et ou les moines ont construit un magnifique temple qui vie au rythme des marées. Il y a aussi une ballade sur la montagne  ou l’on traverse des jolies parcs bucoliques avec une fin qui vous coupe le souffle lorsque l’on arrive à son sommet et que l’on surplombe le pacifique et ces iles.

thumb_IMG_5070_1024

thumb_IMG_5078_1024

Kyoto, la capitale des empereurs, ou nous avons dormi dans un Ryokan, l’auberge typique du japon ou l’on dort sur des futons à même le sol… Mona à adorée pouvoir vivre en totale autonomie dans cette chambre, du repas au couché. Nous l’avons laissé vivre sa vie, se couché quand bon lui semblait, c’était un moment agréable pour tous. La ville est riche d’histoire, très facile à visiter, nous y avons notamment découvert la foret de bambous, la montagne au singe, le pavillon d’or et le célèbre sentier des Torii.

thumb_IMG_5082_1024

thumb_IMG_1768_1024

 

Le japon avec un bébé.

Il existe comme une sorte de vénération, de grand respect pour l’enfant dans la culture japonaise. Nous avons fait de nombreuses rencontres grâce à Mona que nous n’aurions certainement pas faites si nous avions été un simple couple d’occidentaux. Nous avons notamment échangé avec de nombreuses personnes âgées, qui s’arrêtaient pour nous parler, peu importe que nous ne parlions pas leur langue, elles insistaient avec un grand sourire et un regard confiant jusqu’a ce que nous comprenions.

thumb_IMG_5014_1024

Aussi, si Mona pleurait, il y avait instantanément une foule de personnes autour d’elle pour la rassurer et lui redonner le sourire… Ce n’était pas toujours efficace, et parfois en tant que maman je me disais qu’il aurait été bien qu’elle puisse extérioriser son mal être par des pleurs mais l’attention était touchante.

Le moment le plus extraordinaire pour moi à été de découvrir et de bénéficier de la solidarité des femmes lors d’un temps de change très compliqué dans lequel Mona se débattait en hurlant et ne me facilitait pas la tâche. Nous étions à Kyoto, dans le parc du pavillon d’or et une file monumentale se dessinait devant les toilettes. J’étais pour ma part du coté de la table à langer qui se situait dans l’espace ouvert à côté des lavabos. J’étais en « difficulté », lorsque l’ensemble des femmes se sont placées autour de moi et de Mona en cercle et ont commencé à parler à Mona avec douceurs et joies pour l’apaiser. Cela à marché instantanément. Toutes les femmes ont continué de parler à Mona, de lui sourire jusqu’à ce que je me lave les mains pour finaliser le change et que je les remercie. Chacune est ensuite retournée faire la queue, personne n’avait profité de la situation pour gagner quelques places, le temps s’était arrêté pour nous aider Mona et moi.

Une autre fois c’est un homme qui est entré en courant dans le métro pour nous donner le doudou de notre fille qui était tombé sur le quai pour en ressortir en courant. Nous n’avons que pu lui crier merci ( arigatogozaimashita) pour lui montrer notre gratitude.

 

Pour l’anecdote, sachez qu’il est très difficiles de trouver des poubelles publics dans Tokyo, il est donc utile de toujours avoir sur soi des petits sachets pour pouvoir conserver les déchets des goûters, mouchoirs, couches… Par contre, il est très facile de trouver des tables à langer dans les toilettes publics, ou vous trouverez cette fois ci des poubelles…

Concernant les infrastructures, la famille et les enfants  ont une place importante dans la culture japonaise et tout est fait pour faciliter la vie des parents. J’ai été touché lors de notre premier repas lorsque j’ai vu le serveur arriver avec une kit complet de vaisselle pour enfant, (Bol, verre, couverts, baguette, assiette, chaise haute) et surtout par leur accueil enjoué comme si la présence d’un enfant dans leur restaurant était un honneur. De même dans les hôtels, elle avait toujours des chaussons à sa taille , une brosse à dents, un kit de soin à l’effigie de manga japonais.

thumb_IMG_4863_1024

Chose que je trouve assez amusante aussi, les toilettes… Il y a tellement de boutons ( jets, musique d’ambiance, chauffage, etc) que cela en devient très tentant pour les enfants…

En soit, nous avons beaucoup apprécié notre voyage et sommes heureux de l’avoir partagé avec notre fille et notre fils qui se blottissait dans mon ventre. Certes, voyager avec un enfant change notre rythme de voyage, moins de visites intenses et plus de balades hasardeuses, mais au final nous y trouvons notre compte car c’est souvent au gré d’une rue que nous découvrions un endroit magique et que nous avons passé les meilleurs moments…

Sans Mona, nous n’aurions jamais fait de toboggans la nuit dans les parcs parce que le décalage horaire lui faisait parfois faire de longues siestes l’après-midi et nous ne sortions qu’à la nuit tombée.

Sans Mona, nous n’aurions pas échangé avec toutes ces personnes et partagé d’un simple regard le bonheur d’être parents.

Sans Mona nous n’aurions pas ressentie cette solidarité complice entre parents.

Voyager avec son enfant, nous permet de découvrir le pays comme notre fille nous fait redécouvrir la vie, avec ses yeux d’enfants, avec cette sereine sensation de partage, cette apaisante idée que quoi que l’on fasse ce sera toujours exceptionnelle, parce que nous serons ensemble.

thumb_IMG_4892_1024.jpg

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s