Je suis là pour toi – La théorie de l’attachement.

Je me souviens du regard de ma fille, le premier jour.

Aussi incrédule que moi, nous nous regardions chacune l’air de dire:

« Alors c’est donc toi? »

 » Alors c’est donc toi ma maman, qui me parlait tout le temps, qui me berçait en marchant, qui me faisait goûter des framboises en été? »

« Alors c’est donc toi mon enfant, qui bougeait dans mon ventre, qui se lovait contre ma main, qui dansait sur les musiques que je te faisais écouter? »

Nous étions presque des inconnus.

Comment ce lien mère-père/enfant se crée t-il? est-il naturel? inné? Peut-on participer à le renforcer? Pourquoi un enfant à t’il besoin de ses parents?

 Un peu d’histoire,

On a longtemps pensé qu’un nouveau né n’avait besoin que de réponses à certains de ses besoins physiologiques comme le fait de se nourrir, de dormir et d’être propre. Dans les années 50, Harry Harlow, psychologue américain, fait une expérience aujourd’hui controversée sur les bébés singes, qui aboutie au prémices de la théorie de l’attachement. Il constate que les bébés singes semblent avoir plus besoin d’un contact physique doux et rassurant que d’une présence qui ne répond qu’au besoin de s’alimenter.

Il en découle également que cette présence rassurante permet à ce dernier de s’ouvrir au monde. Cette étude peut paraitre  désormais choquante,  mais si cela vous intéresse vous pouvez la consulter et rappelez vous qu’elle a été faite à une époque ou l’on pensait que l’enfant n’avait pas de pensée propre ni d’émotions, et donc encore moins un bébé singe…

 

Dix années plus tard c’est John Bowlby , psychologue et psychanalyste américain, qui en 1960 conceptualise la théorie de l’attachement.  Pour faire court, cette théorie part du principe que l’enfant à besoin d’un lien affectif pour survivre et s’émanciper. Ce lien se crée par le contact physique , visuel et verbale entre la personne qui prodigue le plus fréquemment les soins à  l’enfant.

Revenons à aujourd’hui,

L’enfant s’attache donc à la personne qui est présente pour lui, pour le nourrir, le protéger et aussi l’aimer.  C’est la figure d’attachement principale , elle désigne la personne la plus fréquemment présente pour le nourrisson, ( souvent la mère dans nos cultures).

D’autres figures d’attachements s’ajoutent, comme le père, certains membres de la famille s’ils sont présents, les professionnels qui prennent soin de  l’enfant pendants l’absence des parents. En outre, les personnes qui sont très présentes pour répondre à tous ses besoins.

C’est avec ces personnes et plus particulièrement avec la figure d’attachement principale que l’enfant va oser pleurer, dévoiler sa fragilité, ses peurs et ses besoins.  C’est donc pour cela que votre cher bambin est parfois le meilleur de lui-même avec les autres et le pire de lui-même avec vous, parce qu’il se sent en sécurité auprès de vous et qu’il peut vous exprimer ses émotions, car vous êtes la personne la plus à même de le comprendre et de l’aider.

Comment se crée ce lien?

Ce lien se crée naturellement,  des parents aimants et à l’écoute des besoins de leur enfant , sans aucune connaissance de ce principe le créeront sans difficulté.

Cependant, en avoir connaissance c’est pouvoir agir en toute conscience et avec sens envers son enfant.

C’est pour cette raison que je souhaitais aborder ce thème dans mon tout premier article.

Voilà peut être un des premiers rôle à jouer en tant que parents, celui de contribuer à consolider le plus possible ce lien d’attachement grâce à une présence dès la grossesse, par le touché, la discussion avec l’enfant, puis après la naissance en répondant le plus rapidement possible à ses besoins, qu’ils soient d’ordre alimentaire, de soin et surtout affectif.

Rien ne sert de laisser pleurer bébé, il a besoin de vous, que ce soit pour manger ou pour un câlin, c’est un besoin fondamental pour lui qui lui est nécessaire de combler, et qui lui permettra de prendre confiance en lui et en vous.

Le nourisson vit dans l’instant, s’il a faim, soif , ou un besoin de vous voir, c’est pour lui un besoin essentiel qui le met dans une situation de mal être profond s’il n’est pas satisfait, et qui peut être combler facilement grâce à votre réponse immédiate.

Porter bébé dans les bras ou avec l’aide d’une écharpe pendant la journée, lui parler, le regarder dans les yeux, faire du cododo, l’allaiter, sont autant de moyens de renforcer ce lien.

Ces instants sont  essentiels et constructifs. C’est à travers ces moments d’amour et d’échange que chacun apprend à interpréter son rôle de mère, de père et d’enfant.

Il se crée pendant les trois premières années de l’enfant. Alors laisser vous aller et écoutez vous. Faites vos parents poules, c’est votre rôle, d’être présent pour votre enfant, d’accourir lorsqu’il pleure, de le chérir, de lui dire qu’il est merveilleux.

Il prendra confiance en la vie, en lui , en vous et grandira avec cette force, celle d’avoir été aimé, compris dès les premiers instants de son existence par ceux qui vont l’accompagner toute sa vie.

Désormais, à vos câlins! 😉

 

2 réflexions sur “Je suis là pour toi – La théorie de l’attachement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s